Portable

+33635119289

Contact

sophie.bretagne@sevyso.com

Sur Rendez-vous

Lun au Sam : 7h à 20h -Dim: 7h à 13h

Showing: 1 - 10 of 100 RESULTS

Témoignage

Voici le témoignage d’Aurore, en mots ses ressentis … de très beaux écrits qui nous touchent, et nous motivent … Merci Aurore Angoisse, stress, peurs, mal être, mal physique : …

La modulation de lumière Sensora®

Ondes cérébrales

Le cerveau humain génère de faibles signaux électriques pouvant être captés par un électroencéphalogramme (EEG). Les ondes couvrent une gamme de fréquences associées à différentes fonctions mentales (1 à 40 Hz). Par exemple, de fines pulsations lumineuses dans la gamme ​des ondes cérébrales Alpha (8 à 12 Hz) apaisent et relaxent, favorisant la détente profonde.

Mieux-Être : 6 conseils pour bien commencer l'année 2020

Début janvier, les épidémies de grippes et gastro sont au rendez-vous ! C’est le moment de s’offrir une routine « mieux-être » saine et énergisante pour booster nos défenses immunitaires. Alléger votre organisme et donner un nouveau souffle à votre métabolisme, c’est important pour garder la forme. Voici nos 5 conseils pour débuter cette nouvelle année !

Manipulation de l’application UBER

Le cercle vicieux, et là sur le statut micro entrepreneur.  La motivation, le plaisir d’être indépendant, et bien c’est plus compliqué que cela, car on devient addict(e) de cette quête d’argent. Le principe de la course infinie, c’est le piège ! Objectif chiffré journalier, c’est contre intuitif et à qui cela profite ? 

Snapchat – Pourquoi sommes nous addict(e)s ?

Et hop, une autre vidéo de « Dopamine »  d’ARTE à visionner :  quel impact à cette application sur notre cerveau ? On parle d’effet IKEA ! Car on s’investit à la fabrication du snap, et prendre de la valeur à celui qui réception le snap (photo).  Le don et le contre don, fréquences des échanges qui deviennent chronophages.  Pas de like chez SNAPCHAT, mais le STREAK est utilisé  :  encore plus addictif.

Si fatigué(e)s, pourquoi ?

En cette période de l’année, certains de nous se sentent à bout de force.

Epuisé(e)s, déprimé(e)s, débordé(e)s, autour de nous on rencontre très facilement des personnes irritables depuis que l’automne s’est installée.

On est pressé par le temps, des nuits trop courtes, un réveil qui sonne trop tôt. On aimerait rester encore quelques minutes au lit avant d’aller travailler. On attend avec hâte les jours de repos pour récupérer. Et l’on se sent oppressé car finalement fatigué(e)s, le temps nous manque pour effectuer nos tâches quotidiennes. On tombe alors dans la proscratinisation, et on remet tout au lendemain.