Le Sensora ® et la mélatonine

Difficultés pour s’endormir… grand besoin de sommeil …pourquoi ?

Plusieurs faits sont les causes d’un dérèglement de notre sommeil. 

– L’exposition à la lumière le soir : captée par la rétine qui envoie alors au cerveau le message qu’il n’est finalement pas l‘heure de dormir, la lumière retarde voire inhibe la sécrétion de mélatonine. C’est pourquoi on déconseille de surfer sur tablette au moins 2h avant le coucher et que l’on conseille de dormir dans le noir.

–  L’âge: à partir de 55 ans, on produit naturellement moins de mélatonine.

– Devant le manque de luminosité : notre organisme sécrète plus de mélatonine qu’il ne le devrait, ce qui peut entraîner un manque d’énergie pendant l’hiver. Une fatigue chronique qui ne facilite pas la bonne humeur !

Quand la mélatonine est en excès, un changement d’humeur est perçu, ainsi qu’un grand besoin de sommeil.

– en été :  malgré un soleil constant, de nombreuses personnes souffrent d’insomnie. La baisse de luminosité ayant lieu plus tard, les individus sujets à ce décalage de l’horloge interne ont plus de peine à trouver le sommeil.

On devrait donner autant d’importance à notre sommeil qu’à notre hygiène alimentaire, tout est lié. Dormir à heure fixe et se lever à heure fixe, respecter les 7 heures de sommeil, c’est essentiel pour retrouver un équilibre.

Quand nous sommes fatigués, notre humeur en fait les frais!

Le rôle du Sensora® ?

Le Sensora® est  un outil précieux pour équilibrer notre système. Le Sensora® par la modulation de lumière colorée accompagnée de vibrations kinesthésiques est bien plus que de la luminothérapie. 

La luminothérapie est une technique découverte dans les années 80 par des chercheurs américains Norman E. Rosenthal et ses collègues du National Institute of Mental Health. La lumière fait partie de ce que l’on appelle les ‘synchroniseurs’ du sommeil.

Cette technique a été mise en place afin de traiter les dépressions saisonnières. La Luminothérapie agît sur la régulation de la mélatonine, provoquent par là-mème un effet antidepresseur sur les sujets testés.

Le Sensora® favorise un sommeil profond et réparateur. Les sessions sont basées sur les pulsations d’ondes cérébrales DELTA du sommeil profond et comporte une trame sonore hypnagogique de Steven HALPERN.  

– pour minimiser l’effet jet-lag : (fatigue, céphalées, troubles digestifs)

en cas de travail décalé : quand on travaille par exemple de 21h à 6h du matin, il est conseillé de ne pas se coucher avant 9-10h du matin. 

– en cas de retard ou d’avance de phase : certains peuvent souffrir d’une avance de phase: ils s’endorment très tôt, vers 20h, et se réveillent à 4h; d’autres, d’un retard de phase, s’endorment et se réveillent très tard. Dans ces cas, le Sensora® peut permettre de recaler le rythme biologique.

– en cas de pathologie: le Sensora® accompagne dans la stabilisation du sommeil en cas de maladie de Parkinson (troubles du comportement en sommeil paradoxal) et maladie d’Alzheimer (déambulations nocturnes, somnolences diurnes). Plusieurs études ayant montré un lien entre une faible sécrétion de mélatonine et un risque plus élevé de diabète de type 2, elle pourrait aussi aider à réduire la glycémie, qui, on le sait, grimpe en cas de troubles de sommeil.

Le Sensora® est une aide complémentaire  en cas de dérèglement du rythme circadien (rythme biologique sur 24h)

La mélatonine

Intimement liée au sommeil, la mélatonine une hormone naturelle qui favorise le sommeil : connue sous le nom de l’hormone du sommeil« . La mélatonine est une hormone qui a une action directe sur le moral et le rythme biologique.

La mélatonine est une neuro-hormone naturellement produite par l’épiphyse, alias glande pinéale, une zone du cerveau de la taille d’un pignon de pin. Sa sécrétion qui augmente progressivement en fin de journée (vers 20h), allant de pair avec la baisse de la température corporelle dictée par notre horloge interne (nous incitant ainsi au repos), est stimulée par l’obscurité.

Capture d’écran 2019-08-22 à 09.51.16L’hormone du sommeil est sécrétée en début de soirée, quand la lumière diminue. C’est elle qui est responsable de notre endormissement le soir. Le jour, notre taux de mélatonine baisse et, même fatigués, nous éprouvons moins le besoin de dormir.

La synthèse de cette hormone du rythme biologique s’effectue en deux temps :

D’abord le jour : le tryptophane (un acide aminé) est transformé en sérotonine, qui est un neurotransmetteur.

Mais la sérotonine n’est pas n’importe quel neurotransmetteur, il est important. Son stockage va se faire la glande pinéale se trouvant au centre de la tête, sous le cerveau des vertébrés.

Pendant la nuit, ou en l’absence de lumière, la sérotonine est secrétée, elle va donc se transformer en mélatonine à l’aide d’enzymes.

Généralement, le sommeil survient environ 2-3h après le début de la sécrétion de mélatonine qui atteint un pic de concentration dans le sang entre 2 et 4h du matin avant de décroître peu à peu. Lorsque l’aube paraît, la lumière inhibe la sécrétion de mélatonine et notre horloge se met alors en position d’éveil pour laisser la place au cortisol, hormone de l’éveil.

Capturer

La mélatonine existe aussi sous forme de médicament ou de complément alimentaire (demander conseil à votre médecin) :

– un effet « soporifique »: prise une demi-heure à une heure avant le coucher, elle abaisse la température corporelle, facilite l’endormissement et maintient le sommeil.

– un effet « chronobiotique »: prise par exemple deux à cinq heures avant l’heure de sommeil souhaitée, elle avance le début de la sécrétion naturelle de mélatonine.

On pourra noter qu’il est également recommandé de consommer des vitamines D en hiver. Il est facile de s’en procurer lorsque le manque de soleil se fait sentir, au moyen de gélules ou de pilules qui auront le même effet que celui du soleil sur notre organisme.

Et nos lampes alors ?

Pour agir, la lumière doit avoir une intensité assez forte (± 2 500 lux), ce qui est largement supérieure à celle obtenue dans un appartement ou un bureau. L’éclairage d’une pièce est rarement supérieur à 250 lux, tandis que la luminosité extérieure en plein jour varie de 2 000 à 100 000 lux. (Le lux = unité de mesure de l’éclairement lumineux.). En effet, l’action d’une lumière forte augmente notre vigilance et améliore nos performances. Cet effet est d’ailleurs souvent utilisé dans les usines de fabrication pour améliorer les performances de travail et diminuer les accidents dus à la fatigue. Sans parler des incidences causées par la lumière bleue ….

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :